Focus sur les JNMG

Mon cher confrère...
30/07/2015 (All day)

Que ce soit pour des actes techniques, des avis diagnostiques ou thérapeutiques, la communication entre professionnels de santé est un élément indispensable à la continuité des soins et à la qualité du service médical rendu aux patients. Si les conditions matérielles de la transmission d’informations sont appelées à évoluer, la lettre restera certainement la principale modalité. Pour répondre à ces nouveaux modes d’échanges, il est possible que le formalisme des courriers évolue vers une certaine structuration mais sans pour autant en arriver à des modèles types. Chaque échange entre professionnels doit être adapté au contexte et à la nature de la demande mais aussi à la fonction du destinataire (spécialistes d’organe, radiologue, urgentiste, service hospitalier, médecin du travail, médecin conseil, etc.). L’idéal n’est pas obligatoirement d’être exhaustif mais de se limiter à ce qui est nécessaire et suffisant pour permettre la meilleure réponse au problème posé. Rappelons aussi que les courriers échangés concrétisent le secret partagé non opposable au patient, ils ne doivent donc pas heurter sa sensibilité et la confiance que celui-ci porte à ses soignants. Ils sont aussi des éléments de preuve par présomption dans le cadre du consentement éclairé. La rédaction d’un courrier n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît ! Comment faire au mieux, en respectant ces contraintes ? Quelles sont les informations incontournables ? Faut-il émettre des hypothèses ou se limiter à poser des questions ? Peut-on tout dire ?